• 24 octobre 2020

Droit à l’éducation

 

La Convention de l’UNESCO relative aux droits de l’enfant, ratifiée par 193 pays, est le traité relatif aux droits de l’homme le plus largement accepté, mais la mise en œuvre de cette Convention est une autre paire de manches.

Aujourd’hui le monde compte 61 millions d’enfants et 71 millions d’adolescents non scolarisés. Au moins 250 millions d’enfants ne savent ni lire ni écrire et 796 millions de personnes n’ont pas acquis les compétences de base en lecture et en écriture. Quelles peuvent être les actions de la société pour faire en sorte que les droits de l’enfant soient respectés ?

L’UNESCO a été créée pour défendre le droit de tous les enfants à une éducation de qualité. Le 20 novembre a été déclaré Journée mondiale de l’enfance et l’organisation déroule chaque année des manifestations diverses pour sensibiliser l’opinion publique et les gouvernements à cette problématique.

L’UNESCO souligne qu’une éducation de qualité contribue à réduire la pauvreté et favorise l’autonomisation individuelle et collective, la cohésion sociale, la paix et le développement humain. Une école de qualité respecte les droits de l’enfant, dispense un enseignement gratuit, obligatoire et accessible à tous, et considère la diversité comme une chance et non pas comme un problème. Une éducation et une protection de la petite enfance de qualité donnent un bon départ à tous les enfants et leur permettent de réussir aux étapes ultérieures de leur formation, mais aussi leur vie.

«Étant donné que les enfants représentent l’avenir, leur intérêt supérieur est également notre intérêt supérieur», déclare M. Qian Tang, sous-directeur général de l’UNESCO pour l'éducation. Autrement dit, pour assurer un avenir à notre société, il faut d’abord offrir une éducation à nos enfants. La qualité et l’accessibilité à l’éducation sont primordiales pour construire une société meilleure. Avons-nous compris cela dans notre pays? Une chose est sûre: il y a de plus en plus de «réformes» du système d’enseignement qui sont mises en place et il y a de moins en moins de qualité et de gratuité.

Les organisateurs du concours «Le coing d’or» ont choisi le thème Droits à l’éducation pour l’édition de cette année, dans le but de lancer les débats concernant le droit des enfants à recevoir une éducation solide et gratuite, ainsi que de faire participer les lycéens et les étudiants à la réflexion sur ce sujet sensible qui les concerne tous.

Margareta DONOS

Paris, UNESCO

Articles connexe