• 19 juillet 2019

Le Pacte Linguistique – on compte sur l’enthousiasme constant et continu des acteurs impliqués dans sa réalisation

Le statut de « pays francophone » de la République de Moldavie a été officialisé en 1995, quand le petit pays européen a adhéré à l’Organisation Internationale de la Francophonie. Plusieurs générations de moldaves se sont formé dans l’esprit de la langue, la culture et la littérature de Voltaire, grâce à la qualité de l’enseignement du français pendant la période soviétique, mais aussi de la Moldavie indépendante. Malgré la mondialisation et le changement d’optique en ce qui concerne l’utilisation des langues au niveau international, le français occupe toujours une place importante dans le système d’enseignement, mais aussi dans les cœurs des moldaves. Le français reste dans les statistiques officielles en tant que langue étrangère importante enseignée en Moldavie, et les jeunes qui la choisissent font de très belles figures aux concours internationaux, « luttant » avec dignité et fierté « contre » d’autres langues, particulièrement l’anglais. Les professeurs de français restent très attachés à leur métier et à leur amour pour cette langue latine proche au roumain, et c’est surtout grâce à leurs efforts que l’apprentissage de la langue et la promotion de la culture française et francophone sont (encore) vivantes en Moldavie.

Heureusement, les autorités moldaves comprennent de plus en plus l’importance de la préservation de la diversité linguistique et culturelle du pays, mais aussi la nécessité de renforcer la coopération avec l’espace francophone à travers certains projets qui visent la langue et la culture. Dans ce sens-là, la Moldavie (représentée par le Ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration européenne) et OIF (dans la personne de la Secrétaire générale), ont signé, en octobre dernier, en marge de la Conférence ministérielle de la Francophonie d’Erevan (Arménie), un Pacte linguistique. Ce Pacte est une invitation à fortifier le partenariat bilatéral dans quatre domaines :

  1. Le renforcement de l'enseignement du français et des apprentissages en langue française dans le primaire et le secondaire, d l'Université ainsi que dans le secteur de la formation et de l'insertion professionnelle.
  2. La promotion du français sur la scène internationale, en vue d'une meilleure application des dispositions du Vade-mecum relatif à l'usage de la langue française dans les organisations internationales, et ce, au travers du renforcement des capacités linguistiques en français des fonctionnaires et des diplomates moldaves et au travers de la valorisation des compétences en langue française dans le cadre de l'accès à la carrière diplomatique.
  3. Le renforcement de la coopération culturelle entre la Moldavie et la Francophonie au travers de la promotion des industries culturelles moldaves, de la promotion de la diffusion d'œuvres littéraires et cinématographiques et du soutien à l'émergence de médias francophones dans l'espace médiatique moldave.
  4. La prise en compte de la visibilité de la langue française dans le cadre de la politique du tourisme (Texte du Pacte linguistique).

Après la signature du document, les autorités moldaves ont traduit les quatre points du Pacte dans un Plan d’Actions (avec statut de document de travail) comprenant plusieurs activités/initiatives à réaliser pour chaque stipulation. Ces activités visent le curriculum national pour l’enseignement du français, une nouvelle génération de manuels scolaires pour le français, des cours de langue française appliquée dans le domaine de formation professionnelle dans les l’Universités, des cours de formation en français pour des fonctionnaires de plusieurs institutions publiques, la promotion dans l’espace francophone de la République de Moldavie en tant que destination touristique et de ses atouts, etc.

Les principaux partenaires pour la mise en place des activités sont l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), l’Ambassade de France en Moldavie, l’Alliance Française (AF), mais aussi des ministères et les agences moldaves.

La bonne nouvelle est que certaines activités ont déjà été réalisées, ou sont en processus d’application, ce que veut dire que l’intérêt des autorités moldaves pour la promotion et la fortification du français dans notre pays est réel et important. Dans ce contexte, on souligne les évènements menés avec l’implication du Ministère des Affaires Etrangères et de l’Intégration Européenne de la Moldavie, y compris :

  • Les festivités organisées cette année dans le cadre des Journées de la Francophonie, notamment le Grand Concert de la Francophonie (26 mars 2019) https://mfa.gov.md/ro/content/ziua-internationala-francofoniei-celebrata-la-grand-concert-de-la-francophonie-la-chisinau;
  • Le Gala de la Francophonie (20 mars), organisé par l’AUF sous le patronage du Ministère https://mfa.gov.md/ro/content/gala-francofoniei-desfasurata-la-chisinau-sub-patronajul-maeie;
  • La conférence « Les défis de la Francophonie dans la région de l’Europe centrale et orientale », destinée aux diplomates et fonctionnaires publics, tenue par Rennie Yotova, la Directrice du Bureau régional de la Francophonie pour l’Europe Centrale et de sud-Est (BRECO) au ministère (27 mars);
  • La participation des missions diplomatiques de la République de Moldavie à plus de 20 événements organisés dans les Etats membres/associés/observatoires de l’OIF, à l’occasion des Journées Internationales de la Francophonie (le mois de mars 2019) ;
  • Le lancement, le 27 mai 2019, du programme des cours de français pour les diplomates et les fonctionnaires publics moldaves. Le projet est géré par l’Académie d’Administration Publique en qualité de coordonnateur technique, et par le Ministère des Affaires Etrangères et Intégration Européenne, en qualité de coordonnateur national. Dans le cadre du programme, 70 fonctionnaires bénéficient déjà des cours de français à l’Alliance Française ;
  • La Moldavie sera l’hôte de l’Olympiade Internationale de Français, entre 27-30 septembre 2019.

On compte, donc, sur l’enthousiasme constant et continu des acteurs impliqués dans la réalisation du Pacte Linguistique, un enthousiasme partagé et embrasé aussi par la rédaction du Courrier de Moldavie, surtout après la rencontre que notre équipe a eu l’honneur d’avoir récemment avec son Excellence Pascal LE DEUNFF, l’Ambassadeur de la République Française en Moldavie, et son équipe. La Section moldave de l’UPF espère se retrouver dans certaines activités prévues par les points généraux du Pacte, étant donné le fait qu’un d’entre eux parle y compris du soutien à l'émergence de médias francophones dans l'espace médiatique moldave. Notre journal, Courrier de Moldavie, mais aussi le concours Le Coing d’Or, organisé chaque année par notre section (et qui ont suscité, tous les deux, l’intérêt et la curiosité de la part du Monsieur l’Ambassadeur) puissent trouver une place dans le cadre des actions stipulées dans les textes du Pacte et du Plan d’actions. Dans ce contexte, on compte sur une coopération fructueuse avec nos amis francophones, mais aussi avec les autorités moldaves impliquées dans l’application du Pacte linguistique (le Ministère des Affaires Etrangères et de l’Intégration Européenne a déjà montré sa disponibilité pour la collaboration, en nous fournissant y compris des informations importantes visant le Plan d’Actions).

On vous tiendra au courant avec l’évolution des choses. Restez avec le Courrier de Moldavie ! Bientôt on reviendra vers vous avec les détails sur le concours Le Coing d’Or de cette année, mais aussi avec d’autres informations/nouvelles intéressantes visant nos activités francophones ! à très vite sur http://www.courrier.md/

Aneta Gonța

Articles connexe