• 18 novembre 2019

En français... s’il vous plait.

Le printemps pointe son nez sur le continent européen. En Moldavie, comme dans plusieurs autres pays de l’Europe de l’Est, le printemps commence le 1er mars et c’est le traditionnel Martisor qui l’annonce.  Ce symbole du réveil de la nature pour un nouveau cycle, qu’on épingle à la poitrine, prend différentes formes mais reste toujours blanc et rouge : la couleur blanche pour la pureté de la nature et le rouge pour l’abandon du froid, de la glace et des vents.

C’est aussi au début du printemps que notre pays a fait son entrée à l’ONU.  Le 2 mars 1992  la Moldavie est devenue membre à part entière  de l’Organisation des Nations Unis et d’autres organisations internationales, ce qui constituait aussi le premier pas sur le long chemin de l’intégration internationale d’un petit pays tout neuf sur la carte de l’Europe.

Le 8 mars c’est la femme qui occupe toute l’attention des hommes moldaves. Dans les villes et villages du pays l’homme s’active, invente, crée pour être le plus original possible et pour mieux exprimer pour les uns leur amour, pour d’autres leur reconnaissance ou leur admiration envers les femmes de leur entourage. Le public est aussi invité à participer à des plateformes de discussion concernant l’égalité entre hommes et femmes, ainsi que les obligations et les droits des uns et des autres.

Après ces fêtes de la première quinzaine du mois, la Moldavie se joint aux autres pays membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie pour célébrer le 20 mars. Cette année le slogan des festivités marquant la Journée internationale de la Francophonie est « En français... s’il vous plait ». Les manifestations culturelles proposées à cette occasion sont nombreuses et nombreux sont ceux qui se réjouissent d’y participer et de pouvoir s’exprimer en français pendant les journées de célébration. Pour beaucoup des francophones de Chisinau la fête sera incomplète. Il y a quelques semaines à peine Valentina Movila, francophone depuis toujours, professeur de français et grande admiratrice de la culture française, nous a quitté prématurément et de façon inattendue. Des générations de Moldaves ont appris et aimé la langue française grâce à elle. Nous avons perdu une enseignante dévouée et la Francophonie une ardente supportrice.

Une conférence de haut niveau sur les changements climatiques sera par ailleurs organisée à Bucarest. Louise Mushikiwabo, la Secrétaire générale  de l’OIF,  qui sera en visite du 11 au 13 mars dans la capitale roumaine, où se trouve le bureau de l’OIF pour l’Europe de l’Est,  participera à cette événement.

Tout au long du mois de mars le français est à l’honneur un peu partout dans le monde, ce qui permet parfois aussi de constater qu’il perd du terrain par rapport à d’autres langues. La mondialisation est impitoyable et elle se croit plus efficace dans une seule et unique langue, sensée  transmettre au mieux la pensée unique au détriment «des goûts et des couleurs».

M.Donos.

Articles connexe