• 17 décembre 2018

CEE/UN prépare un troisième rapport sur les performances environnementales en Moldavie

 

Au cours des années 90, l’Europe orientale se trouvait dans la période difficile de la transition d’un système centralisé à un autre qui n’a pas de nom. La décentralisation de la gestion de l’environnement, qui faisait partie de la réforme institutionnelle, n’a pas toujours été suivie par les moyens financiers nécessaires. Des nombreux services environnementaux assurés auparavant par l’Etat, comme l’approvisionnement en eau potable ou la gestion des déchets, se sont retrouvés confiés à des entités locales ou régionales sans ressources. Cette situation apparaît dans le premier rapport de la Commission économique pour l’Europe des Nations Unies (CEE/UN) publié en 1998 sur les performances dans le domaine de l’environnement.

En 2003 un deuxième rapport faisait état de certains progrès dans le travail de structures institutionnelles et des organisations non-gouvernementales, ainsi que l’amélioration de la qualité de l’eau ou de l’air. Dans un document stratégique pour la période 2007-2013 l’Union européenne souligne que la Moldavie a encore d’importants défis environnementaux à relever notamment «la qualité de l’air, la qualité de l’eau, la gestion des déchets, la protection de la nature et les changements climatiques, y compris les accords environnementaux multilatéraux».

Au mois de février 2013 un groupe d’experts de la CEE/UN a séjourné deux semaines en Moldavie pour mieux comprendre la situation des performances environnementales dans le pays. L’organisation publiera cette année son troisième rapport sur la situation environnementale dans le pays.

Articles connexe