• 1 décembre 2020

À propos du 8 mars

Quelques jours avant la journée internationale des droits des femmes, le Programme des Nations Unies pour le développement a publié un rapport qui révèle les inégalités persistantes entre hommes et femmes. Cette analyse se base sur des données provenant de 75 pays et mesure les disparités qui subsistent dans des domaines tels que la politique, le travail et l’éducation.

Certes, depuis quelques années on en parle plus, on en parle mieux, on défile plus souvent pour les droits des femmes, mais les chiffres restent tenaces: elles sont rares en politique avec 24% seulement des sièges parlementaires dans le monde et 10 femmes chefs de gouvernement sur 193 pays. Le taux de femmes ayant subi des violences physiques au moins une fois dans leur vie se situe, selon les régions, entre 12% et 59%. Étonnamment, il y a 75 millions d’hommes de plus que de femmes dans le monde. En Europe les femmes sont plus nombreuses que les hommes, en revanche l’Inde et la Chine comptent respectivement 107 et 108 hommes pour 100 femmes...

L’écart entre les salaires existe dans tous les pays industrialisés ou en développements, mais il est plus important en Asie. Parmi les pays ayant communiqué des données à ce sujet, les salaires des femmes dans le secteur manufacturier sont jusqu’à 70% inférieurs à ceux des hommes. En Corée de Sud les femmes qui travaillent dans ce domaine ne gagnent que 57% de ce que touchent les hommes.

Comment changer les mentalités des populations, quand en Afrique Centrale et de l’Ouest moins de 60% des filles en âge d’aller à l’école primaire sont scolarisées ou quand la proportion de la population sans aucune éducation est de 49% pour les femmes contre 36% pour les hommes en Asie du Sud ?

Margareta Donos

Articles connexe