• 18 novembre 2018

Une histoire de vin: la boucle est bouclée.

lI y a 150 ans à peine la Suisse n’était pas encore le pays prospère qu’il est aujourd’hui. A cette époque les Suisses partaient pour d’autres pays en quête d’un avenir meilleur. C’est alors que le Tsar russe invita des paysans suisses du canton de Vaud à s’installer dans la province de Bessarabie, au bord de la mer Noire. Pendant plus d’un siècle une colonie suisse a prospéré à Léman et à Chabag, sur les rives du lac Liman, en cultivant la terre et surtout la vigne. «Au début du XXe siècle cette région est devenu un centre viticole reconnu» peut-on lire dans l’excellent livre «Les vignerons suisses du tsar» d’Olivier Grivat.

Aujourd’hui le continent européen a changé de visage et surtout des frontières. Les empires ont disparus, des frontières ont bougées et de nouveaux des pays sont apparus. La Bessarabie n’existe plus et après la deuxième guerre mondiale cette région viticole a été cédée à l’Ukraine. Le reste de la province est aujourd’hui un pays indépendant, la République de Moldavie, qui connaît des difficultés économiques si importantes que et depuis une dizaine d’années ce sont les des Moldaves qui partent à la recherche d’un avenir meilleur.

Le Moldave Ion Gherciu a commencé son périple «migratoire» au Portugal. Ingénieur de profession et passionné de vin, il a consacré pendant des années son temps libre à étudier la vigne, le vin et la vinification portugaise. Après des années passées dans ce pays au bord de l’océan, il a trouvé du travail près de Lausanne, dans le canton de Vaud. Et c’est dans l’une de caves du Lavaux qu’il a créé un vin moldave qui porte le nom de vin de Bessarabie. Son rêve a prit forme – une forme de bouteille – sur une terre suisse et avec l’aide des vignerons vaudois.

Si, il y a plus de 160 ans les vignerons vaudois ont émigrés au bord du lac Liman, en Bessarabie tsariste, pour apporter leur connaissances en matière de développement de la viticulture, c’est aujourd’hui le Moldave Ion Gherciu qui a fait voyager des raisins moldaves pour produire au bord du lac Léman son Vin de Bessarabie, que les amateurs suisses trouvent d’ailleurs excellent.

Visiter la page : www.cavebessarabie.ch/

 

 

Margareta DONOS

Articles connexe

L’image compte

Chaque pays est responsable de son image en extérieur. La politique étrangère doit comprendre ...