• 17 décembre 2018

Protégeons notre avenir

Le Dniestr est un beau et grand fleuve de 1352 kilomètres qui traverse la Moldavie et qui la sépare de la région de Transnistrie. Le fleuve prend sa source dans les Carpates ukrainiennes, se nourrit en Moldavie est se jette dans la mer Noire. Depuis 1991, le Dniestr fait partiellement office de frontière entre l'Ukraine et la Moldavie. C’est l’un des plus grands fleuves de l’Europe de l’Est et un objet de collaboration entre les deux pays qui se le partagent.

En 2012 l'Ukraine et la Moldavie ont signé à Rome un accord bilatéral de coopération pour la protection de l'environnement et le développement durable du bassin du Dniestr. Le but de cet accord est notamment d’empêcher la pollution de la rivière, de préserver sa diversité biologique et de protéger l'environnement de la mer Noire. Les deux pays envisageaient à l’époque de créer une commission bilatérale pour l'exploitation et la protection du bassin du Dniestr, d'échanger des données et de coopérer lors de catastrophes naturelles.

Au mois d’avril de cette année un nouveau cadre stratégique dans le domaine de la protection environnementale du fleuve à été signé à Kiev. Cette stratégie, soutenue par la Commission économique pour l’Europe des Nations Unies, doit renforcer encore la coopération entre les deux pays dans le but de protéger le bassin du fleuve en lien direct avec le changement climatique enregistré ces dernières années.

Mais dans le même temps, dans les deux pays, une autre forme de pollution continue quotidiennement à faire des dégâts. Il s’agit de celle qui est engendrée par les décharges, assez nombreuses autour des villes et des villages, et qui constitue une vraie source d’inquiétude pour la qualité de l’eau potable. L’eau amène la pollution dans la mer Noire ou elle provoque aussi de sérieux problèmes dont la raréfaction des poissons.

Il est bon de coopérer avec les pays voisins et il est facile et bien vu de signer des accords et des cadres stratégiques. Il est beaucoup plus difficile, en revanche, de s’occuper des décharges, d’éduquer sa propre population et tout simplement de respecter la nature.

Articles connexe

L’image compte

Chaque pays est responsable de son image en extérieur. La politique étrangère doit comprendre ...