26 septembre 2018
www.courrier.md

Protégeons notre avenir

mardi 12 mai 2015 10:02 | Auteur: Margareta DONOS
Étiquettes: Moldavie
Slide_nistru
Article précédent Premier écovillage de Moldavie : un quartier Parlons d’identité Article suivant

Le Dniestr est un beau et grand fleuve de 1352 kilomètres qui traverse la Moldavie et qui la sépare de la région de Transnistrie. Le fleuve prend sa source dans les Carpates ukrainiennes, se nourrit en Moldavie est se jette dans la mer Noire. Depuis 1991, le Dniestr fait partiellement office de frontière entre l'Ukraine et la Moldavie. C’est l’un des plus grands fleuves de l’Europe de l’Est et un objet de collaboration entre les deux pays qui se le partagent.

En 2012 l'Ukraine et la Moldavie ont signé à Rome un accord bilatéral de coopération pour la protection de l'environnement et le développement durable du bassin du Dniestr. Le but de cet accord est notamment d’empêcher la pollution de la rivière, de préserver sa diversité biologique et de protéger l'environnement de la mer Noire. Les deux pays envisageaient à l’époque de créer une commission bilatérale pour l'exploitation et la protection du bassin du Dniestr, d'échanger des données et de coopérer lors de catastrophes naturelles.

Au mois d’avril de cette année un nouveau cadre stratégique dans le domaine de la protection environnementale du fleuve à été signé à Kiev. Cette stratégie, soutenue par la Commission économique pour l’Europe des Nations Unies, doit renforcer encore la coopération entre les deux pays dans le but de protéger le bassin du fleuve en lien direct avec le changement climatique enregistré ces dernières années.

Mais dans le même temps, dans les deux pays, une autre forme de pollution continue quotidiennement à faire des dégâts. Il s’agit de celle qui est engendrée par les décharges, assez nombreuses autour des villes et des villages, et qui constitue une vraie source d’inquiétude pour la qualité de l’eau potable. L’eau amène la pollution dans la mer Noire ou elle provoque aussi de sérieux problèmes dont la raréfaction des poissons.

Il est bon de coopérer avec les pays voisins et il est facile et bien vu de signer des accords et des cadres stratégiques. Il est beaucoup plus difficile, en revanche, de s’occuper des décharges, d’éduquer sa propre population et tout simplement de respecter la nature.

Retour
comments powered by Disqus
Divider Divider
Trier les articles par: editions ou année
Divider
Emir Kusturica – une leçon de vie à méditer
Thumb_main

Il y a dans le monde de ces endroits qu’il faut absolument visiter. Non pas parce qu’ils sont dans la liste des agences de voyages, non pas (seulement) pour leur beauté ou leur accessibilité, mais parce qu’ils nous donnent des leçons de vie, qu’ils nous instruisent et qu’ils nous incitent à la réflexion. Kustendorf – le village de Kusta (mot allemand inventé par Emir Kusturica, ou Drvengrad (ville en bois), se trouve dans la région de Mokra Gora, près de la frontière qui sépare désormais la Serbie de la Bosnie. C’est ici que se trouve le «centre du monde» pour Emir Kusturica, le célèbre acteur, musicien et cinéaste serbe deux fois lauréat de la Palme d’Or au Festival de Cannes. C’est aussi devenu par ricochet une destination touristique en Serbie. Pour le tournage de son film intitulé &laq...

lire la suite
Divider Divider

Les plus vues

Divider