• 24 octobre 2020

L’image de la Moldavie en ligne – comment est-elle ?

    Cette année-ci, les professeurs de la Faculté du Journalisme et Sciences de la Communication de l’UEM, spécialité Communication, ont proposé plusieurs thèmes de recherche pour les mémoires de licence ayant rapport au vecteur européen de la République de Moldavie. Ainsi, quatre étudiants sur les 34 promus de cette spécialité ont choisi des thèmes de cette gamme. On propose à l’attention de nos lecteurs un résumé de l’étude effectuée par l’étudiante Daniela David sur le thème: Image de la République de Moldavie dans la presse française en ligne.

    L’image d’un pays est son principal objet du patrimoine et son principal moyen de promotion à l’étranger. C’est parce qu’elle peut attirer l’attention des organisations internationales, des touristes, des investisseurs étrangers et, en particulier, des médias. Les médias, dans leur rôle de formateurs de l’opinion publique, sont les principales sources de formation des stéréotypes et de la réalité internationale. Pour la Moldavie, l’opinion française est importante, en raison de ses deux positions importantes: Etat fondateur de l’Union européenne, et de l’OIF.

    Cette recherche a pour objet les sites d’actualité française: www.LeFigaro.fr et www.LeMonde.fr, tandis que l’analyse des matériaux figurant sur ces sites relèventes de la période: avril 2009 (fin du régime communiste en Moldavie) – avril 2013 (démission du Gouvernement Filat-2). Le coordinateur qui a soutenu le développement de ce travail est Aneta Gonţa, docteur es sciences politiques.

    L’analyse a révélé la présence de la Moldavie dans 145 articles: 75 – sur la page LeMonde.fr et 70 – sur LeFigaro.fr. A noter que 18% du nombre total des publications ont tenaient du contexte des violences d’avril 2009. Les principaux sujets concernant la Moldavie visaient les élections, la relation de la Moldavie avec la Roumanie, la Russie et l’UE, l’intégration européenne et la collaboration avec les organisations étrangères, la pauvreté, la criminalité, la corruption, la violence et l’alcoolisme. Parmi les sujets les moins abordés, cependant, ont été les crises – politique, économique et de l’identité; les subventions, les visites officielles, la santé, les concours, l’innovation technologique et la production nationale moldave. D’ailleurs, les noms de personnalités les plus utilisés associés à la RM sont ceux de V. Voronin – 47%, V. Filat – 15% et I. Smirnov, M. Lupu et M. Ghimpu – environ 7,6% chacun. Un autre résultat obtenu montre que l’image de la Moldavie sur les pages suivies plutôt est négative: 61% des matériaux sur le site LeFigaro.fr et 71% sur LeMonde.fr.
 
    La principale conclusion de l’étude révèle que la Moldavie a grand besoin d’une activité professionnelle afin de promouvoir ses acquis de relations publiques, ses points forts à l’extérieur du pays:
  • Développer des projets favorisant les brands locaux de Moldavie, tels que: les caves de Cricova, uniques en Europe, les fruits et légumes ECO, cultivés dans un tchernoziom de qualité extra, la danse traditionnelle moldave, le personnage littéraire Guguţă, les tapis moldaves etc. Mais, toutes ces marques avant d’être promues, doivent avoir un mythe, une histoire originale qui puissent susciter l’intérêt des potentiels visiteurs;
  • Accorder une attention particulière à la qualité des produits exportés et, en particulier, du vin moldave serait également une priorité;
  • L’invitation des spécialistes étrangers en imagologie, pour développer et mettre en oeuvre des stratégies de relations publiques pour la Moldavie;
  • Mettre en oeuvre, dans chaque ministère de la république, une structure de suivi quotidien des médias nationaux et internationaux.

Daniela DAVID

Articles connexe