• 19 janvier 2019

Enseigner le journalisme à distance.

Les Assises de la Presse francophone qui réunissent des représentants des sections nationales de l’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF) constituent la meilleure plateforme pour l’établissement des contacts et de relations entre les journalistes francophones du monde entier. Cécile Vrain est une ancienne journaliste, qui s’est convertie à l’enseignement à distance organisé en coopération avec l’UPF et l’École supérieure de journalisme (ESJ). Présente à Dakar, elle a répondu à quelques questions concernant cet enseignement.

 

A qui est destiné l’enseignement à distance ?

L'enseignement à distance concerne tout le monde et dans notre cas précis toutes les personnes désireuses de se former au journalisme «à la française» quelque soit leur niveau universitaire puisque nous avons une licence et un master I et un master II.

 

Quels en sont les avantages ?

Les avantages de l'enseignement à distance sont clairement identifiables. Suivre des cours de chez soi, sans être obligé de se déplacer. Pour les personnes qui ne vivent pas dans l'UE, cela veut dire pas de problème de visa, pour d'autres cela veut dire pas de problème de frais de voyage et d'hébergement à Paris où tout le monde le sait le coût de la vie est élevé. Pour nombre d'étudiants inscrits, l'avantage de l'enseignement à distance est aussi la possibilité de suivre un double cursus universitaire ou de continuer à exercer une activité professionnelle tout en suivant des cours parallèlement. Certains journalistes ont acquis une expérience mais sans être passé par une école de journalisme. Pourtant aujourd'hui il est difficile de faire l'impasse.

 

Quel est le niveau de français demandé pour les suivre ?

Il est indispensable de bien maîtriser la langue française et d'avoir de bonnes notions d'anglais.

 

S’agit-il d’un enseignement cher ?

Le coût d'une année est d'environ 3000 euros. Pour une école de journalisme en France ce n'est pas très cher.

 

Vu «la distance» qui vous sépare des étudiants, vous ne connaissez donc pas du tout les futurs journalistes que vous formez ? Est-ce un inconvénient?

Contrairement à ce que l'on peut croire, l'enseignement à distance ne veut pas dire, loin du corps enseignant. Bien au contraire. Notre devoir est d'être toujours présent et de répondre toujours rapidement aux divers questionnements que les étudiants émettent. Il faut être très disponible. Nous le sommes parfois plus qu'un professeur qui enseigne «in situ».

 

Avec quel autre diplôme traditionnel compareriez-vous ce diplôme d’un nouveau genre ?

Les diplômes ne sont pas nouveaux, c'est la méthode qui peut semble l'être. Mais elle ne l'est pas tant que cela car l'enseignement en France par exemple a toujours existé par l'intermédiaire du CNED (Centre national d'enseignement à distance) par exemple.

 

Margareta Donos.

Articles connexe