23 octobre 2017
www.courrier.md

La Francophonie se réunit en Arménie

dimanche 11 octobre 2015 19:31 | Auteur: Margareta DONOS
Étiquettes: Armenie, Francophonie, événement
Slide_flag-france-armenie
Article précédent Lancement des activités francophones pour les jeunes Les nouvelles technologies au «Coing d’or» Article suivant

La 31ème session de la Conférence ministérielle de la Francophonie tient ces travaux le 10 et 11 octobre 2015 à Erevan en Arménie. Ce pays est devenu membre de l’Organisation Internationale de la Francophonie il y a juste trois ans, mais comme l’a souligné Serge Sargsian, Président de la République d’Arménie : «Il y a environ un millénaire, le français était la langue de la correspondance officielle et de l’art de la Cilicie, ce royaume arménien étendu sur les rives de la Méditerrané». 

Les 80 pays membres sont réunit à l’OIF autour des valeurs communes telles que le respect mutuel, la diversité culturelle et religieuse et bien d’autres. L’Arménie, qui commémore cette année un siècle depuis le massacre de son peuple (1,5 millions de personnes) en 1915, a proposé pour la Conférence un thème à la fois significatif et plein de bon sens: «La Paix, la tolérance, le dialogue et la compréhension mutuelle dans l’espace francophone ».

L’Arménie propose aussi d’ajouter la migration, la protection de l’environnement et le contrôle des changements climatiques pour léguer aux générations futures une planète viable, saine et sûre.

La Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF) se réunit chaque année afin d’assurer la continuité politique du Sommet. Les États et gouvernements membres ou observateurs du Sommet y sont représentés par leur ministre des Affaires étrangères ou le ministre chargé de la Francophonie.

Retour
comments powered by Disqus
Divider Divider
Trier les articles par: editions ou année
Divider
MOLDAVIE Une transition sans boussole
Thumb_screen_shot_2016-08-04_at_14.56.24

  Qui suis-je? Où vais-je? Dans quel état j’erre? Si la situation n’était pas aussi grave, on pourrait appliquer cette plaisanterie, rendue célébre en France par Coluche, à la Moldavie, pays dit «en transition». La première dé- finition que donne le dictionnaire du mot transition — «passage graduel d’un état à un autre, état intermédiaire» — est sans conteste celle qui convient le mieux à la Moldavie. Le pays se trouve en effet dans cet état «intermédiaire» depuis que son indépendance a été proclamée, il y a 25 ans, à la suite de l’éclatement de l’Union soviétique. Un quart de siècle plus tard, les Moldaves savent d’où il sont partis mais toujours pas où ils vont.   Située entre la Roumanie à l’ouest et l’Ukraine à l’e...

lire la suite
Divider Divider

Les plus vues

Divider